Adélaïde de Clermont Tonnerre remporte le Grand Prix du Roman de l’Académie française pour « La Dernière des nôtres »

L’Académie française a décerné, jeudi le 27 octobre 2016, le Grand Prix du Roman à Adélaïde de Clermont Tonnerre pour son livre « La Dernière des nôtres », publié chez Grasset. La lauréate a été élue au premier avec 11 voix.

Ce beau roman de près de 500 pages nous raconte l’histoire d’amour entre un jeune homme ambitieux de la classe moyenne et une jeune héritière artiste dans le New York effervescent.

« La première chose que je vis d’elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu’enserrait la bride d’une sandale bleue… » Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme. Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d’un petit garçon.

Avec puissance et émotion, Adélaïde de Clermont Tonnerre nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant… Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de ce roman tendu comme une tragédie, haletant comme une saga.
Vous ne dormirez plus avant de découvrir qui est vraiment « le dernier des nôtres ».

Adélaïde de Clermont-Tonnerre, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, est journaliste et romancière. Son premier ouvrage, Fourrure (Stock) a été récompensé par cinq prix littéraires, dont le prix des Maisons de la Presse et le prix Sagan. Il était également finaliste du Goncourt du premier roman.

Créé en 1915, le Grand Prix du Roman est décerné par un jury composé de douze membres de l’Académie française. Ce prix est considéré, comme l’un des plus prestigieux décernés par l’institution. Par ailleurs, son montant actuel est de 7 500 euros.