El Niño laisse craindre des flambées de dengue

Avancée des recherches sur la dengue

Dans de nombreux pays de la zone intertropicale, des pics de cas de fièvre hémorragique apparaissent chaque année au cours de la saison des pluies. Mais quand et pourquoi ces pics annuels se transforment-ils en véritables flambées, se propageant par-delà les frontières, comme celles qui ont sévi en 2010 et 2013 en Amérique latine et dans le Caraïbes ? Jusqu’ici, il restait difficile de prévoir ces grandes vagues épidémiques.

Moustique_nouvelle
Pour lever le voile sur cette question, une équipe de recherche internationale a collecté et analysé dix-huit années de rapports mensuels de surveillance de la dengue, provenant de huit pays du Sud-Est asiatique. Ils ont ainsi détecté des tendances très marquées dans la transmission de la dengue à travers toute la région.

Les chercheurs ont notamment observé une période de forte incidence dans toute l’Asie du Sud-Est en 1997-98. Or, à ce moment-là, sévit le plus intense épisode El Niño du 20e siècle. Pour les chercheurs, le lien est sans équivoque : ce phénomène climatique, qui prend naissance environ tous les cinq ans dans l’océan Pacifique, joue un rôle prépondérant dans les grandes épidémies de dengue. Il s’accompagne en effet de températures atmosphériques anormalement élevées. De telles températures permettent aux moustiques vecteurs de se reproduire plus vite et de proliférer, augmentant la propagation du virus.

Cette étude parue dans les Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America retrace également la propagation des grandes vagues d’épidémies qui ont frappé le Sud-Est asiatique depuis près de 20 ans. Celles-ci ont successivement émergé à partir de l’ouest de la Thaïlande, du centre du Laos et du sud des Philippines. Enfin, les résultats de ces travaux soulignent le risque épidémique accru dans les grandes agglomérations comme Bangkok, Singapour, Phnom Penh ou encore Kuala Lumpur, en raison de l’arrivée constante de nouveaux habitants n’ayant jamais été exposés à la maladie et donc particulièrement vulnérables face à l’infection A l’heure où le plus intense El Niño depuis celui de 1997-98 est annoncé par les climatologues, ces résultats laissent craindre une nouvelle grande épidémie de dengue en Asie en début d’année prochaine. Ils permettent alors d’améliorer les systèmes d’alerte précoce et la mise en place de mesures sanitaires immédiates.

Référence : W. G. van Panhuis, Marc Choisy, X. Xiong, N. S. Chok, P. Akarasewi, S. Iamsirithaworn, S. K. Lam, C. K. Chong, F. C. Lam, B. Phommasak, P. Vongphrachanh, K. Bouaphanh, H. Rekol, N. Tran Hien, P. Q. Thai, T. N. Duong, J.-H. Chuang, Y.-L. Liu, L.-C. Ng, Y. Shi, E. A. Tayag, V. G. Roque, L. L. Lee Suy, R. G. Jarman, R. V. Gibbons, J. M. S. Velasco, I. Yoon, D. S. Burke, D. A. T. Cummings. Region-wide synchrony and traveling waves of dengue across eight countries in Southeast Asia. Proceedings of the National Academy of Sciences, 2015; 201501375. DOI: 10.1073/pnas.1501375112

Contact : Marc Choisy, chercheur IRD au Vietnam (UMR MIVEGEC), marc.choisy@ird.fr