LA GRANDE SOPHIE – « Nous avons un faible pour le Vietnam et les vietnamiens… »

11 - 12 Décembre, à HCM Ville et à Hanoi

Personnage incontournable de la scène francophone, Sophie Huriaux, plus connue sous le nom de La Grande Sophie, s’est produite en concert à HCMV vendredi 11 décembre au Cargo et à Hanoi le samedi 12 décembre à l’Espace. Pour LePetitJournal.com/Hochiminhville, elle a accepté de répondre à quelques questions avant son concert.

Le Petit Journal.com/Hochiminhville: Merci de prendre le temps de nous rencontrer. Votre chanson « Hanoï » traduit bien l’ambiance spéciale de cette ville. Pouvez-vous nous raconter votre passage dans cette capitale hors du temps?

La Grande Sophie: En 2013, je suis venue au Vietnam pour donner un concert dans le cadre du festival Oh La La (festival franco-vietnamien). Nous avons rencontré plusieurs obstacles qui ont conduit à l’annulation des concerts. A Hanoi, notre représentation tombait juste après le décès du général Giap et les funérailles nationales organisées au même moment rendaient impossible l’organisation d’un concert public. Ensuite, nous devions aller à Hué, mais un typhon nous a carrément empêché de nous rendre dans le centre du pays. J’ai tout de même pu donner un concert improvisé au dernier moment à l’Institut Français de Hanoi. L’ambiance était géniale.

Avec tout ça, j’ai eu alors quelques jours de libre au Vietnam. J’ai pu me rendre à Sapa et à Halong mais j’ai surtout eu la chance de passer plusieurs jours dans la ville de Hanoi. Ces mésaventures m’ont donné le temps de découvrir la ville et ses recoins et de tomber sous le charme. J’avais des interprètes avec moi, qui m’ont présenté les différentes facettes de cette ville à laquelle je me suis attachée.

C’est tout naturellement qu’en rentrant en France j’avais ces images du Vietnam en tête et que m’est venue l’idée d’une chanson. Je suis très excitée de revenir au Vietnam et de cette fois-ci pouvoir chanter également dans le Sud du Vietnam, une ambiance que je découvre avec plaisir.

Allez-vous avoir un peu de temps pour visiter le Sud du Vietnam et Ho Chi Minh Ville ?

Non malheureusement car dans le cadre de notre tournée en Asie du Sud-Ouest; nous faisons chaque jour un nouveau pays. Mais je reviendrai car je cherche à davantage connaître ce pays que j’aime beaucoup, en particulier à comprendre les différences Nord et Sud. Des personnes m’ont conseillé de ne pas chanter ma chanson « Hanoï » à HCMV, en me disant que ce serait mal perçu. Je la chante de toute façon mais cela contribue à attiser ma curiosité.

Vous allez chanter avec l’artiste vietnamienne Lê Càt Trong Ly. Comment vous êtes-vous rencontrées ?

Philippe Boulaire, l’organisateur du festival Oh La La, nous a présenté en 2013. J’avais alors découvert cette artiste remarquable, séduite par son univers. C’est naturellement que je lui ai proposé de monter sur scène avec moi au Vietnam. Elle a un registre et une douceur bien à elle. Nous avons chanté ensemble sa chanson « Nhiều người ôm giấc mơ », ça a été un vrai challenge pour moi de chanter en vietnamien! Elle chante aussi en français une de mes chansons.

Vous avez déclaré faire de la « Kitchen Miousic », pouvez-vous nous dire ce que ça signifie ?

Ça signifie que je refuse les étiquettes. Je ne suis ni une artiste « pop », ni une artiste « rock ». Je prends les ingrédients que j’aime et je fais ma tambouille dans ma cuisine, en sort ma musique.

Est-ce difficile de se faire une place sur la scène musicale en France quand on est une fille au caractère affirmée et à la voix particulière? Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

J’ai commencé par des scènes qui n’étaient pas connues pour la musique et j’ai fait toutes sortes de lieux. Des théâtres, des zéniths, des festivals, des petits bars plus intimistes. Je n’ai pas le sentiment d’avoir galéré mais plutôt d’avoir beaucoup appris.

Le seul conseil que je peux donner est de savoir s’entourer des bonnes personnes. L’expérience peut être difficile si on ne s’entoure pas bien.

Après pour ce qui est des scènes en particulier, chaque artiste a un ressenti différent. Je me sens plus rassurée quand je suis sur une scène ou je peux voir le public, ou l’on peut être en contact, on a plus d’échange avec le public. Après ces scènes sont aussi très intimidantes, il faut réussir à obtenir le silence, à captiver son public.

Votre tournée en Asie du Sud vous a mené de Bangkok à Canton et terminera à Singapour. Avez-vous le temps de profiter des lieux ? 

Non nous n’avons pas le temps de profiter autant que nous voudrions mais c’est notre travail. C’est déjà une formidable opportunité de pouvoir chanter devant des vietnamiens, viet-kieus et expats par exemple.
Par contre, après notre dernier concert à Singapour, nous revenons passer les vacances de Noël au Vietnam avec mon mari, nous avons tous les deux un faible pour le Vietnam et les vietnamiens.

Une dernière question La Grande Sophie, combien mesurez-vous ?

Eh bien je mesure 1m78, assez grande pour se faire remarquer au Vietnam!

Propos recueillis par Marine Hérisset (lepetitjournal.com/Hochiminhville) 14 Décembre 2015

Crédit photo: © Yann Orhan

Lepetitjournal.com