LE SOURIRE DE LA MUTATION

22.09 > 04.11.2017 - Hall de L'Espace, 24 Tràng Tiền, Hanoi

S’incrivant dans le cadre du festival de danse contemporaine « L’Europe rencontre l’Asie en danse contemporaine 2017 », l’exposition « Le sourire de la mutation » propose une vision poétique du territoire vietnamien en mutation à travers la vision de trois artistes d’origines française, belge et vietnamienne : Pierre Larauza, Emmanuelle Vincent & Thy Nguyên Trương Minh.

Ils explorent la métamorphose urbaine de manière pluridisciplinaire à travers la peinture, la danse et l’installation. Inspirés par des phénomènes urbains contemporains, ce trio d’artistes attache également de l’importance aux traditions et se questionne sur les risques de la transition entre le passé et le futur. A mi-chemin entre une fascination pour l’inconnu et la peur d’un passé désincarné, ils se positionnent comme observateurs optimistes où la poésie au quotidien ferait naître le paradigme du présent insouciant. Emmanuelle Vincent (chorégraphe-danseuse) qui collabore avec Pierre Larauza (artiste) présente une vidéo performance, “Mutante”, où la danse rencontre la sculpture dans une quête intermédiale. Cette performance est dédiée au phénomène urbain des femmes vietnamiennes qui se couvrent le corps lors de leurs déplacements à moto pour se protéger du soleil.

Cette exposition est réalisée par 3 trois artistes :

Thy Nguyên Truong Minh est né à Bruxelles de parents vietnamiens. De part ses voyages en Asie et son éducation empreinte de dualités culturelles, il se fascine pour les villes et ses habitants, donnant naissance à un regard artistique entre paradoxes et confrontations. Il évoque dans son travail de peinture, des situations, des personnages et des paysages urbains qui dessinent un portrait poétique du présent.

Emmanuelle Vincent, chorégraphe-danseuse française, propose une réflexion chorégraphique sur le recouvrement du corps et du visage des femmes lors de leurs déplacements à moto, se transformant ainsi momentanément en des personnes anonymes et sans visagéité. Ce phénomène urbain vietnamien l’inspire pour développer “Mutant Alphabet”, un vocabulaire chorégraphique hybride, qu’elle présente sous la forme de photographies où dialoguent langages contemporains et traditionnels.

Pierre Larauza est un artiste français aux multiples talents : architecte, réalisateur et plasticien dont les travaux connaissent un rayonnement international. Dans le sourire de la mutation, il s’intéresse  à la relation entre sculpture et documentaire à l’aune de la reconstitution historique. Sa sculpture “Xe gắn máy” représente un mirage urbain dans lequel une mobylette démantelée s’envole vers le ciel laissant présager une désintégration du passé. Dans son œuvre mêlant l’onirisme à la préservation, l’artiste confronte la nostalgie au futur inconnu.

En parallèle, ces trois artistes viennent de mettre en place avec l’Université des Beaux-Arts de Hô-Chi-Minh-Ville, un projet de coopération trilatérale France – Belgique -Vietnam, La Centrifugeuse | Máy xay sinh tố. Ce laboratoire artistique se propose d’interroger les cultures, leurs diversités et leurs enrichissements réciproques avec pour ambition la valorisation du métissage.

Programme : 

Temps : 22.09 > 04.11.2017

Lieu : Hall de L’Espace, 24 Tràng Tiền, Hanoi.

Entrée libre